Accéder au contenu principal

Entretien avec les champions CANNONDALE TB : Silvia Roura, Marta Torà et Jordina Muntadas

Aujourd’hui, dans ce spécial pour la journée de la femme, nous interviewons les membres de l’équipe CANNONDALE TB. Il s’agit de Silvia Roura, Marta Torà Milà et Jordina Muntadas. Voyons, plus en détail, qui ils sont avant de les interviewer :

Champions de la CANNONDALE TB

Silvia Roura

Silvia Roura est ambassadrice TwoNav depuis un certain temps. Le finaliste de l’imposant Titan Desert 2021 a un beau palmarès, parmi lesquels on peut souligner les plus récents temps forts de 2021 :

-Coupe de Catalogne – Scott Marathon Sant Joan de Mediona : 2ème classé élite et Épopée méditerranéenne : 12 généraux d’élite classés.
-Gigante de Piedra Open de España xcm : 4ème classé général élite.
-Andalusia Bike Race : 9e élite classée.
-Championnat de Catalogne XCUM : 3ème classé élite.
-2ème classé dans la Rioja Bike Race
-Vainqueur de Colina Triste Uci
-Champion de Catalogne XCM élite
-2ème Classé Titan Désert Maroc, 27ème au général et vainqueur des 2 dernières étapes
-4ème Classé dans la Vuelta Ibiza en VTT
-3ème Classé dans la Costa Blanca Bike Race UCI s2

Jordina Muntadas

Jordina Muntadas est une autre grande athlète de l’équipe CANNONDALE TB. Ses temps forts de 2021 sont :

-Championne élite féminine au classement général de l’Open de Gérone
-Coupe internationale de Catalogne 6ème élite générale 2021
-Cx champion catalunya 2021 et champion catalan cup of cx 2021
-5ème classement féminin élite catalane 2021

Marta Torà

Vice-championne de Catalogne XCM et XCUM en 2021, elle se distingue également par ses victoires durant l’année 2021.

-3ème place Championnat d’Europe XCUM
-3e Open d’Espagne XCM
-10e Championnat d’Espagne XCM

Entretien avec les champions CANNONDALE TB

TwoNav – Silvia, Marta, Jordina, félicitations pour la formation de l’équipe UCI Cross Country Marathon. C’est la 2ème année de l’histoire que les équipes du Marathon auront leur classement individuel et par équipes avec le changement de règlement. Cela a été la raison de cette union ambitieuse ou était-ce déjà dans votre esprit avant ?

Silvia Roura – Personnellement, je suis dans le monde XCM depuis de nombreuses années et je voulais que vienne le moment où ils nous sépareraient de XCO. Elle avait également été la seule fille de l’équipe pendant de nombreuses années et cette année avoir 3 compagnons est un luxe.

Marta Torà – Eh bien, il est toujours intéressant d’avoir notre propre classement pour la modalité dans laquelle nous concourons et que les points que nous obtenons ne soient pas un mélange d’autres disciplines. En effet, grâce au changement de règlement, nous pouvons faire partie d’une équipe marathon exclusive.

Jordina Muntadas – La vérité est que je suis totalement nouveau dans ce monde. Avant il courait xco et cx. Mais je suis très content de faire partie de cette super équipe, et très motivé pour courir des courses longues et par étapes.

TN – Comme vous le savez, c’est aujourd’hui la journée de la femme et, bien que vous vous battiez chaque jour pour l’égalité, avez-vous trouvé des obstacles dans le secteur du sport pour être des femmes ?

MT – Personnellement, non, au-delà du manque général de visibilité du secteur féminin sur les réseaux sociaux ou à la télévision.

SR – Beaucoup. Depuis toujours. C’est de plus en plus égalitaire, mais on trouve toujours quelque chose, des différences de prix économiques, de circuits, de grilles de départ, etc.

JM – La vérité c’est que j’ai toujours fait du sport et oui, par exemple, au début je faisais du foot et j’ai dû changer de sport car il n’y avait pas encore d’équipes féminines dans ma région et je ne pouvais plus jouer avec les garçons. Plus tard, au fil du temps, les choses se sont améliorées, même s’il reste encore beaucoup à faire dans de nombreux sports. Les garçons facturent plus que les filles pour être et faire pareil, au même niveau.

TN – Pensez-vous que les médias ne se font pas d’écho quand la victoire est pour une femme ou une équipe féminine ?

MT – Absolument oui, moins de gens les regardent, moins de mouvements d’argent. Ici le poisson qui se mord la queue.

JM – Eh bien oui. Ce n’est pas justifiable mais comme il y a généralement plus de garçons que de filles, déplaçant plus de masses et ayant plus de visibilité auprès des garçons, eh bien cela arrive. Comme il y a moins de filles, il n’est pas injuste d’accorder la même importance puisque, après tout, elles ont gagné la même chose.

SR – En général, oui. Il y a toujours beaucoup plus de choses à dire dans les hits masculins que féminins.

TN – Selon vous, quel est l’avenir des femmes dans le sport ?

MT – Il y a de plus en plus de femmes, et avec un niveau plus élevé, donc la base va s’élargir et on va prendre une place dans le monde du sport en général, comme on le fait depuis quelques années.

SR – Il devient de plus en plus égal à celui des hommes, et il y a de plus en plus de femmes sportives, donc je pense qu’avec le temps qui passe et la force que nous gagnons, un jour nous pourrons être à la hauteur même niveau.

JM – Plein d’espoir. Cette question évolue de plus en plus, et il y a de plus en plus de femmes qui font du sport, et je pense qu’il faut avancer parce qu’on a les mêmes droits que les hommes, même si nous ne sommes pas aussi nombreuses. Cela ne veut rien dire. Au final, l’effort pour être champion du monde est le même. Bien que la grille soit plus petite, le titre est le même, que vous soyez un homme ou une femme.

TN – Parlez-nous un peu de votre formation. Vous utilisez Land et notre GPS Cross, en quoi cela vous aide-t-il dans la préparation de vos courses ?

SR – TwoNav Land et Cross sont indispensables surtout lorsque vous vous entraînez en dehors de votre zone habituelle. Préparer les itinéraires en terres inconnues disposant de ces deux outils est idéal pour que l’entraînement se déroule parfaitement. Cela fonctionne aussi très bien pour analyser plus tard les données et tous les graphiques.

JM – La vérité est que le GPS TwoNav fonctionne très bien pour suivre les routes. Il est très agréable et simple d’utilisation. En ce qui concerne les statistiques d’entraînement, je surveille ma fréquence cardiaque, avec le potentiomètre, et tout cela fonctionne bien pour moi pour suivre l’entraînement que je veux faire et ensuite voir comment je vais (si je vais bien, si je suis fatigué, etc. ). C’est génial.

MT – Ils nous aident à naviguer en toute sécurité et à nous entraîner avec précision à la maison, ce qui est très important dans la vie quotidienne d’un coureur.

TN – Est-il facile pour vous de combiner votre facette sportive avec d’autres rôles ?

MT – La vérité c’est que non, j’ai dû réduire mon travail pour pouvoir m’entraîner autant que nécessaire puisque, actuellement, il m’est impossible de vivre du vélo.

JM – Ce n’est pas facile et je comprends car je travaille à temps partiel, sinon tout ce que je fais serait impossible ! Je suis également mère d’une fille. J’ai tout très bien organisé et j’ai le soutien de mon mari et de ma famille. Ils m’aident tous beaucoup pour que j’aie suffisamment de temps pour m’entraîner et me reposer. J’ai beaucoup de chance. Par contre, au boulot, ils m’ont facilité les changements, pour pouvoir faire les courses par étapes qui occupent les jours de semaine.

SR – J’ai fait ça toute ma vie, donc ça fait déjà partie de mon quotidien.

TN – Nous avons pu vous voir à la Costa Blanca Bike Race et à la course Mediterranean Epic. De quels projets pouvez-vous nous parler ?

JM – Eh bien, maintenant je pense déjà aux prochains objectifs, je les affronte avec beaucoup d’enthousiasme, je fais du mieux que je peux, je m’améliore et je donne le meilleur de moi-même.

MT – Eh bien, c’est là que nous avons commencé, pour prendre le rythme de la course et voir comment nous étions tous. A partir de là on a modulé le reste de la saison, on y va mois par mois.

SR – Bon, l’année est très longue, il y a beaucoup de courses en tête et il faut bien les analyser pour faire une bonne saison.

TN – Que recommanderiez-vous à nos abonnés TwoNav ? Et spécifiquement aux femmes qui nous lisent et qui veulent devenir professionnelles comme vous?

MT – Qu’ils naviguent, qu’ils essaient de nouveaux itinéraires, qu’ils pressent le GPS car c’est vraiment le meilleur guide pour notre formation.

SR – Je vous conseille d’utiliser les applications et de vous perdre en montagne avec le GPS. Et aux femmes qui n’arrêtent pas de se battre pour ce qu’elles veulent.

JM – Que pour avoir une motivation il est très important d’avoir un guide, le Twonav, pour enregistrer vos objectifs et voir comment de jour en jour vous vous améliorez et vous voyez que si vous le pouvez, ce n’est pas impossible. Et avec lui, tout devient plus agréable et vous avez une trace de tout ce que vous faites, ce qui est très important pour rester motivé et atteindre vos objectifs. Et d’autre part, organisez-vous très bien avec le travail et la vie de famille pour trouver ne serait-ce qu’un peu de temps, 30 minutes, puis dédiez-le à vous-même, pour vous mettre en forme, si ça peut être mieux, mais le peu que vous avez vous devez profitez pleinement de -, ne laissez pas le peu de temps être une excuse. Avec 20 minutes, vous pouvez faire un entraînement court mais très intense, c’est mieux que rien. J’espère que cela servira à vous inspirer et à commencer à faire du sport. Tu peux toujours, ça n’a pas besoin d’être si grave, mais tu dois prendre soin de toi pour avoir la santé physique et mentale, c’est très important.

En savoir plus sur les femmes dans le sport

Saviez-vous que les femmes, dans la Grèce antique, organisaient leurs propres Jeux Olympiques ? Ils s’appelaient les « Jeux Hereean » en l’honneur de la déesse Héra et consistaient en des courses divisées en trois catégories d’âge qui avaient lieu tous les quatre ans. Lisez entièrement l’article!

Catégories

Nouveautés, Vélo

Étiquettes

,