Accéder au contenu principal

Conseils de sécurité FEDME pour les terrains hivernaux

Pratiquer une activité physique dans l’environnement naturel est une sensation fascinante. Ressentez l’émotion du paysage, l’intensité de notre respiration agitée, le froid sur nos joues et ce calme unique d’entrer sur un terrain qui semble encore plus sauvage.

Logiquement, nous devons adapter nos actions aux conditions spéciales que cette fois entretient et pouvoir nous développer en toute sécurité dans notre jouissance de la nature.

ACCÈS À LA DESTINATION

La première chose à prendre en compte est l’accès au point de départ de l’activité:

1) Prévoir la nécessité d’utiliser des chaînes à neige est impératif (il faut évidemment savoir comment les enfiler, donc des gants et un type de lampe frontale seront parfaits pour vous). Mais il faut aussi être clair que parfois (à cause de la neige, de la glace, des barrages routiers …) nous ne pourrons pas arriver au point que nous avions en tête.

2) Dans les zones proches des stations de ski ou des destinations très prisées, il faut compter sur des embouteillages désagréables ou même couper l’accès en raison d’une surcapacité.
Tout cela doit être valorisé dans la planification de l’activité car il peut au moins entraîner le mécontentement de ne pas arriver à l’endroit souhaité ou d’arriver en retard.

Il faut penser que les heures de lumière en hiver sont rares et qu’en général après 15 heures, il y a de nombreuses zones dans lesquelles le soleil n’agit plus, ce qui provoque une diminution rapide de la température.

LE TERRAIN

Dans une grande partie du territoire montagneux, il est facile pour nous de trouver de la neige ou de la glace au sol. D’autres fois, ce sera la boue qui nous rendra difficile de marcher. Cela signifiera la nécessité d’adapter nos chaussures et moyens de progression au terrain et à ses conditions.
Les baskets ont tendance à se mouiller plus vite à l’intérieur que les bottes, les chaussures de randonnée sont inefficaces sur les terrains glacés, les crampons peuvent être un danger sur les pentes modérées et la neige fraîche et profonde, les raquettes deviennent des objets inutiles sur les pentes raides ou la neige dure et les skis de montagne zones de forêt ou de végétation arbustive. Il faut être cohérent avec le terrain et les conditions pour choisir au préalable le matériau le plus adapté.

Les variations météorologiques peuvent être brutales en hiver: précipitations, températures extrêmes, vents forts, brouillards … Ces phénomènes, parfois à la fois nous obligent à être plus méticuleux dans la préparation de l’activité, dans le matériel à porter et dans la réalisation d’un bon prix de décisions. Même les journées ensoleillées avec un ciel bleu peuvent poser de sérieux problèmes si, par exemple, nous n’utilisons pas de protection solaire pour notre peau et nos yeux.

Lors de la planification d’un itinéraire, nous devons nous demander: que se passe-t-il dans cette zone s’il y a du brouillard, des nuages ​​bas ou un blizzard? Comment allons-nous nous orienter?; Si un membre du groupe a un accident et doit attendre l’arrivée de l’aide, comment allons-nous nous regrouper et éviter l’hypothermie? Si nous rencontrons de la neige fraîche en chemin, à quel point notre rythme ralentira-t-il? Nos pieds resteront-ils secs et chauds?

En terrain enneigé, il faut être particulièrement prudent: transporter le bon matériel et savoir l’utiliser peut faire la différence entre la vie ou la mort, consultez le bulletin de danger d’avalanche (BPA) de la zone dans laquelle nous allons être et agissez en conséquence. indiqué dedans, sachez que les routes et chemins d’été peuvent ne pas être les terrains les plus sûrs quand ils sont enneigés, faites attention aux cours d’eau enfouis sous la couverture blanche … la neige demande un énorme apprentissage que l’on peut trouver dans les clubs de montagne et les guides professionnels.

LES CONDITIONS

Dans notre préparation de l’itinéraire, nous devons évaluer les conditions dans lesquelles nous trouverons la zone que nous allons visiter, en tenant compte du fait que la couverture neigeuse peut changer radicalement en quelques heures. Là où le matin nous sommes passés avec une petite couche de neige fraîche, il est habituel que selon les conditions de l’après-midi, elle soit devenue une fine couche de glace qui nous empêche de progresser en toute sécurité.

De même, il faut penser qu’avec le gain d’altitude la température a tendance à diminuer, mais l’épaisseur de la neige ou l’exposition au vent augmente également (idéalement). De la même manière, une orientation ensoleillée n’est pas la même que celle qui ne la reçoit pas. Toutes ces données doivent être maîtrisées, ainsi que la pente des pentes par lesquelles on va progresser ou les irrégularités du terrain (concavités et convexités) l’existence de végétation, de rochers ou la présence de terrains boisés.
Encore une fois, les connaissances et l’expérience seront nos meilleurs alliés et nous devons être clairs que bien connaître la montagne d’hiver est un long processus qui demande patience et dévouement.

LE GROUPE

Si dans une activité le groupe est un facteur déterminant, nous devons être plus méticuleux si possible lors de la réalisation d’activités en hiver (ou à la recherche d’activités plus simples).

Il faut penser que les conditions vont être plus exigeantes, et il faut adapter le niveau d’activité à celui du groupe, et jamais l’inverse.
Outre l’équipement de progression individuel et tout le matériel nécessaire à chaque fois que nous allons effectuer une activité en terrain enneigé, nous devons équiper tout le groupe de DVA (détecteur de victime d’avalanche), d’une pelle et d’une sonde. Ces trois éléments sont essentiels pour réaliser un auto-sauvetage efficace en cas d’avalanche, car il faut compter sur le fait que nous n’avons que 15 minutes pour dénicher une victime d’avalanche.
Une formation à l’utilisation de ces outils est essentielle, même parmi les experts, afin de minimiser les erreurs lors du travail sous pression. Recevoir une formation en cas de chute de neige et de sauvetage en avalanche est une question très importante, mais c’est aussi passionnant et peut être vraiment divertissant.

Chaque fois que nous allons pratiquer une activité sportive en milieu naturel, nous devons être clairs à tout moment cette question: quel est l’objectif de cette journée? Une fois que nous nous sommes répondu, nous devons nous demander à nouveau: qu’est-ce que je suis prêt à assumer pour atteindre cet objectif?

En résumé, l’activité physique dans l’environnement naturel est quelque chose de fascinant avec une énorme quantité d’avantages pour notre santé physique et mentale. Nous générons également un énorme avantage socio-économique dans les régions où nous allons.

Pour que ces activités soient pleinement satisfaisantes, nous devons être conscients que l’accès aux zones reculées comporte également des dangers contre lesquels nous devons nous préparer et nous protéger, ainsi que prendre soin de ceux qui nous accompagnent.

Gardez toujours à l’esprit que rien ne remplace une bonne formation, l’accumulation de l’expérience et son analyse. Profitez, apprenez et partagez.
Un excellent moyen de commencer à penser à la sécurité en montagne est de suivre les consignes que, en tant que comité de sécurité de la FEDME, nous vous transmettons en vous donnant un coup de main sur https://seguridadfedme.es/capsulas-formativa/