Accéder au contenu principal

Land aide à former les futurs guides de montagne

Germán González forme depuis 6 ans des jeunes passionnés de montagne dans le Cycle de Formation Environnement Naturel et Temps Libre de l’école Regina Carmelí, dans lequel ils forment de futurs guides avec notre logiciel Land.

Parlez-nous un peu de vous et comment vous êtes devenu enseignant

Je m’appelle Germán González et les deux mots qui me définissent le mieux sont aventurier et amateur de défis. Je suis passionnée par tous les sports, en particulier ceux qui me donnent de l’adrénaline, car j’aime vivre pleinement et ce sentiment me rapproche de vivre la vie comme je la veux et la comprends.

En 2012, lorsque j’ai terminé mon diplôme en sciences de l’activité physique et du sport, j’ai pris l’une des décisions les plus importantes de ma vie. J’ai quitté la vie routinière que j’avais dans ma ville (travail, famille, amis…) et je suis allé vivre à Edimbourg. Au début, ce n’était pas facile et même l’idée d’avoir pris une mauvaise décision m’a traversé l’esprit, mais cette expérience m’a vraiment aidé à façonner la personne que je suis aujourd’hui. En découvrant ce merveilleux pays, j’ai commencé à approfondir les sports de nature, comme la randonnée, l’escalade et le VTT, entre autres. Ainsi, lorsque je suis retourné à Barcelone en 2015 pour travailler à l’école où j’ai effectué mon stage, j’ai commencé à obtenir des diplômes pour travailler dans le milieu naturel et concentrer ma vie professionnelle dans ce secteur. Aujourd’hui, en plus de mon diplôme, j’ai le TD1 pour la randonnée, le TD2 pour la Moyenne Montagne et le niveau 1 technicien pour le parapente. Ces formations m’ont permis de rencontrer des personnes avec qui je peux partager ma passion de la montagne.

Comment avez-vous connu TwoNav ?

Tout a commencé à l’été 2015 quand, dès mon arrivée à Barcelone, j’ai décidé d’équiper un vélo de sacoches, j’ai pris la tente et suis parti seul faire un trajet jusqu’à Nice. En préparant cet itinéraire, je me suis renseigné sur les programmes de création de traces et le GPS. Comparant et analysant différents matériaux, j’ai décidé d’opter pour le logiciel Land et, en plus, j’ai également acquis le GPS « anima » pour m’aider à suivre les différents itinéraires. Au cours des 26 jours qu’a duré cette aventure, il convient de noter que ce fut un grand succès d’avoir ce matériel, car il est très facile et intuitif à utiliser et il m’a beaucoup aidé à suivre les itinéraires que j’avais préparés précédemment. Depuis, c’est un matériel essentiel qui m’aide à préparer toutes mes sorties guidées en milieu naturel avec une sécurité adéquate.

Notre logiciel Land est la clé du cycle de formation à l’environnement naturel et au temps libre de l’école Regina Carmelí. Comment l’utilisez-vous dans votre cours ?

Notre tâche éducative, en plus de former des personnes avec des valeurs quotidiennes qu’elles peuvent utiliser dans n’importe quel domaine de la vie, comme l’effort, le sacrifice, le travail d’équipe et la coopération… est également très axée sur la formation de futurs techniciens guides d’activités en L’environnement naturel. Au sein de cet enseignement que nous essayons de transmettre, nous attachons une grande importance à la sécurité.

Sécurité que le guide doit véhiculer, sécurité qui doit exister dans la gestion du groupe, sécurité qui doit exister dans les situations de gestion des risques… et nous considérons qu’il est essentiel que, pour accroître cette sécurité dans toute activité, il y ait un bonne phase de préparation avant l’activité. En ce sens, le logiciel du Land aide beaucoup les étudiants à préparer les itinéraires que, plus tard, nous irons et, où ils, doivent servir de guides du groupe. Au cours de cette phase de préparation, il existe une série de tâches préliminaires que tout guide doit garder à l’esprit lors de la préparation d’un itinéraire :

Cartographie: Le logiciel Land nous permet de saisir des cartes, qu’elles proviennent de l’Institut cartographique de Catalogne (ICC) ou de l’éditeur Alpina, et à partir de là, nous pouvons commencer à travailler en interprétant les cartes de la zone où nous voulons travailler. Interpréter les orographies du terrain, les courbes de niveau,… et décider quels sentiers nous voulons faire. Une fois que nous avons créé la piste, elle nous fournit des informations importantes telles que la distance totale de l’itinéraire, la distance partielle, la pente positive et négative, … en plus de créer des waypoints (points d’intérêt particulier le long de l’itinéraire). Un autre problème très important est qu’il nous permet d’imprimer la zone de la carte que nous voulons, à l’échelle qui lui convient le mieux.

Tableau des waypoints : Ce tableau des points permet au guide d’avoir des informations sur l’ensemble du parcours à effectuer. Des informations pertinentes, comme nous l’avons mentionné précédemment, telles que la distance partielle et cumulée, la pente positive et négative, les directions, les coordonnées… et tout cela est fourni par le logiciel Land de manière très simple.

Le profil des élèves est plutôt adolescent, que pensez-vous de ce système de préparation d’itinéraire ? Le gèrent-ils facilement ?

Au niveau de la formation, nous devons apprendre aux étudiants à être aussi polyvalents et compétents que possible. C’est pourquoi nous enseignons comment effectuer toutes les tâches de préparation d’itinéraire fournies par le logiciel Land, mais dans un premier temps de manière traditionnelle, sans utiliser d’ordinateur ni de logiciel. Une fois qu’ils savent comment faire de cette façon, nous introduisons de nouvelles technologies, parmi lesquelles se trouve ce programme. À ce stade, deux facteurs importants doivent être pris en compte ; d’une part, que les étudiants voient que c’est une façon d’effectuer les mêmes tâches de manière plus rapide et plus efficace et, d’autre part, qu’ils sont une nouvelle génération qui maîtrise beaucoup mieux tout ce qui touche aux nouvelles les technologies. C’est pourquoi, pour eux, c’est une façon de travailler beaucoup plus confortable. De plus, beaucoup montrent cette capacité d’enquête et d’intérêt à découvrir comment cela fonctionne et, s’ils ont des doutes parce qu’ils ne se souviennent pas très bien comment le faire, ils ont cette poussée qui les amène à enquêter sur le programme jusqu’à ce qu’ils finissent par découvrir et se souvenir comment ils ont fait ce qu’ils voulaient faire. Je pense que c’est un outil fondamental pour quiconque veut faire des activités en milieu naturel, que ce soit en s’y concentrant de manière ludique ou professionnelle.

Votre vélo forme les futurs guides de haute montagne. Comment pensez-vous que Land aide ces professionnels ?

L’essentiel, comme je l’ai déjà mentionné, est d’assurer ce degré de sécurité dans toutes les activités qui se déroulent dans le milieu naturel. Mais aussi, je pense que c’est un outil qui procure un « sur-apprentissage » à chaque fois qu’il est utilisé. Au fur et à mesure que le logiciel est apprécié, une tâche indirecte d’interprétation de la carte est effectuée, de repérage des différentes orographies du terrain… et cela ne fait que renforcer tous les contenus sur lesquels nous travaillons dans le cours, puisque l’étudiant, en même temps temps, créant une image mentale, puis quand il la voit en réalité, il peut déjà deviner dans quelle situation il se trouverait. Comme je l’ai déjà dit, je considère qu’il s’agit d’un outil fondamental pour quiconque souhaite réaliser des activités dans la nature, que ce soit à titre récréatif ou professionnel.

Parlez-nous du cycle de formation. Quel thème est inclus ?

Il est vrai que le cycle technique Guide en milieu naturel et temps libre est un mélange de toutes les activités réalisables en nature incluses dans un même cours. « Si ce cours avait existé quand j’étudiais, je l’aurais fait sans aucun doute » est la phrase qui revient le plus souvent lorsque je parle avec les familles de nos élèves. De là, nous pouvons déjà extraire le type d’étudiant/famille que nous avons, étroitement lié au monde de la montagne et aux activités qui peuvent être réalisées dans ce lieu.
En parlant du cours lui-même, la première chose qu’il est important de noter est qu’il s’agit d’un cours qui dure 2 000 heures de formation réparties sur 2 ans. Au cours de ces 2000 heures, divers contenus sont travaillés, tels que :

Techniques d’équitation ou guide équestre : De la préparation du cheval pour l’équitation à la sortie en groupe et à la réalisation d’itinéraires équestres guidés à travers différents sentiers.

Organisation des itinéraires : C’est toute la phase préalable à la préparation des itinéraires. Contenu qui va de la connaissance du matériel nécessaire aux sorties en basse et moyenne montagne, en passant par l’élaboration de la cartographie, et se terminant par des problématiques de terrain et de gestion de la sécurité collective.

Guide de basse et moyenne montagne : Il s’agit de tout le contenu théorique qui est abordé dans le module d’organisation d’itinéraires mais, dans ce cas, il s’agit de toute la partie pratique et du travail sur le terrain. Sorties en randonnée et en raquettes, guidage, sorties à ski, construction de bivouacs, courses d’orientation, montage et démontage de tentes.

Guide vélo (MTB) : Même contenu que le guide basse et moyenne montagne mais dans ce cas sur le vélo. En outre, une section consacrée à l’entretien et à la mécanique des vélos permet aux élèves de s’exercer aux manœuvres mécaniques les plus élémentaires : changement de la chambre à air, du câble de frein et des haubans.

Techniques de natation : savoir donner des instructions aux usagers pour qu’ils apprennent à nager dans les quatre styles de nage : brasse, dos, crawl et papillon.

Sauvetage et guidage en milieu aquatique : Il s’agit de contenus sur l’extraction des usagers de l’eau en cas d’accident et aussi, de la même manière que dans les contenus précédents, le guidage de groupes mais dans ce cas en milieu aquatique. Cet environnement aquatique peut aller des lacs et des marais aux eaux libres telles que la plage.

Manœuvres sur corde : dans ce cas, tout le contenu relatif à l’utilisation de cordes, nœuds, mousquetons et divers dispositifs de sécurité. Dans ce cas, il y a quatre blocs très différents : l’escalade sportive, le canyoning, la descente en rappel et la spéléologie.

Il s’agit essentiellement des 75% à 80% du contenu que nous abordons dans le cours, expliqués de manière résumée. L’autre partie restante est un contenu plus théorique qui n’encourage pas tellement les étudiants, mais de la même manière que les autres, il s’agit d’un contenu important qu’ils doivent connaître : anglais technique, FOL, techniques de loisirs, synthèse… C’est un cours très complet pour tester toutes les activités qui peuvent être réalisées dans le milieu naturel, en appliquant la sécurité appropriée à toutes ces activités et, une fois terminé, l’étudiant peut se spécialiser davantage dans le sport qu’il a le plus aimé et faire une formation plus technique et spécifique. Une autre option consiste à poursuivre sa formation en prenant un diplôme supérieur en activités physiques et sportives et à orienter sa formation académique davantage vers l’université.

Dans votre cas, vous faites aussi des expéditions en groupe, utilisez-vous le GPS ?

TOUJOURS ! C’est un outil indispensable pour tout guide de montagne. Même si vous connaissez la région, je pense que vous devriez toujours emporter un GPS pour les éventuels imprévus qui peuvent survenir pendant le parcours. Il s’agit d’un élément qui, par exemple dans des conditions de mauvaise visibilité, vous aide beaucoup à suivre la route établie et à ne pas sortir de l’itinéraire, avec pour conséquence une perte de temps, un non-respect du timing établi…… Et nous savons comment est le temps en montagne, il est souvent très changeant et imprévisible.

Catégories

Nouveautés, Trekking

Étiquettes

,